Comment fonctionne un panneau solaire ?

Comment fonctionne un panneau solaire photovoltaïque ?

Votre installateur depuis 1938

Reprenez le contrôle de votre énergie avec France Menuisiers

On entend souvent parler des panneaux solaires et de leurs nombreux avantages. Ils permettent en effet de produire une électricité verte, elle-même destinée à alimenter les équipements de chauffage ou les installations électriques au sein de l’habitat.

Mais comment marche un panneau solaire ? Quel est son principe de fonctionnement ?

Un panneau solaire se compose de cellules photovoltaïques, elles-mêmes composées de silicium, matériau semi-conducteur. Ces cellules solaires captent la lumière du soleil et transforment l’énergie solaire en courant électrique continu : ce processus se nomme « l’effet photovoltaïque ».

L’effet photovoltaïque :  une découverte révolutionnaire

L’effet photovoltaïque est un phénomène énoncé par Alexandre Edmond Becquerel en 1839. Lors de ses recherches, il découvre que les matériaux semi-conducteurs, les fameuses cellules photovoltaïques, chargées d’électrons, absorbent l’énergie des photons contenus dans la lumière et la transforment en énergie électrique.

La puissance électrique produite par un panneau solaire se mesure en kilowatt-crête (kWc) ; la quantité d’énergie produite par un panneau photovoltaïque pendant une période donnée se mesure en kilowattheure (kWh).

Comment choisir son panneau solaire ?

Les panneaux solaires monocristallins : pour les petites toitures

panneaux solaires monocristallins

Les panneaux solaires monocristallins sont composés d’un seul bloc de silicium. De couleur noire, ils comptent le meilleur rendement énergétique (entre 16 et 24 %) : ils sont donc particulièrement adaptés aux toits de petite surface.

Les panneaux solaires polycristallins : pour les grandes toitures

panneaux solaires polycristallins

Les panneaux solaires polycristallins sont composés de plusieurs cristaux de silicium. De couleur bleu foncé, ils sont moins chers que les panneaux solaires monocristallins mais affichent un rendement énergétique inférieur (entre 14 et 18 %) : ils sont plus adaptés aux toits de moyenne, voire de grande surface.